• Et  nous ne sommes que le 19 octobre...

    Je vais gerber


    votre commentaire
  •  

    IPAD : Le livre électronique est un mirage technologique et un désastre écologique

     

    Le livre électronique (Kindle, IPad) est la grande nouveauté du Salon du Livre de Paris. Nouveau gadget technologique, il serait même écologique, puisque sa fabrication ne nécessite pas de bois. Et n’entraîne donc pas de déforestation ? Erreur, expliquent les Amis de la Terre.

    Pas de papier, mais des minerais rares dont l’extraction détruit aussi des forêts

    Le livre électronique fait partie de la grande famille des produits de haute technologie qui, comme l’ordinateur ou les téléphones mobiles, sont censés assurer une « croissance verte » et une dématérialisation des échanges. Plus de papier, plus de déforestation ? « Trop simpliste » explique Sylvain Angerand, chargé de campagne Forêt aux Amis de la Terre France : « Les produits technologiques nécessitent l’extraction de minerais précieux comme le coltan, le lithium ou les terres rares pour accroître la durée de vie des batteries, augmenter leur rapidité ou pousser la miniaturisation à l’extrême. Or l’exploitation minière est une cause majeure de déforestation, et plus généralement de destruction des écosystèmes. » En République Démocratique du Congo, l’extraction du coltan (colombo-tantalite), utilisé dans la fabrication des condensateurs, alimente les conflits armés et entraîne une déforestation importante. Ces minerais rares sont à l’origine de tensions géopolitiques croissantes qui pourraient déboucher sur des guerres pour en contrôler l’accès(1)

    Une faible consommation d’énergie à l’utilisation individuelle, mais un gouffre lors de la fabrication

    Le livre électronique consommerait peu d’énergie à l’usage et serait donc écologique. C’est sans compter l’ « effet rebond » : plus ce type de produit se généralise, plus le secteur pèse globalement sur la demande en électricité, malgré les faibles consommations de chacun. Surtout, la fabrication de ces objets est un gouffre énergétique : d’après le cabinet Carbone 4, il faudrait une quinzaine d'années d’utilisation pour amortir le bilan carbone d’un livre électronique(2). Or, comme le précise Annelaure Wittmann, référente de la campagne « déchets » : « ces produits sont conçus pour être jetés au bout de quelques années, voire de quelques mois, pour justifier l'achat d'un nouveau produit toujours plus performant. Par exemple, la batterie de l’IPad n’est pas détachable : si l'alimentation électrique tombe en panne, le produit est bon pour la poubelle ! »

    Développer le livre en papier recyclé

    La surconsommation de papier a de nombreuses conséquences écologiques et sociales dans les pays du Sud. C’est pourquoi les Amis de la Terre animent une campagne pour la réduction de la consommation de papier. Mais, insiste Annelaure Wittmann : « Il ne faut pas se tromper de cible. L’enjeu prioritaire est la réduction des imprimés publicitaires et du suremballage. Le livre papier est un outil de démocratisation de la lecture et d’accès au savoir, longtemps réutilisable sans frais et accessible à tous, contrairement au livre électronique qui coûte plusieurs centaines d’euros ».

    Si les éditeurs veulent vraiment réduire l’impact environnemental de leurs produits, les Amis de la Terre les invitent plutôt à développer le livre en papier recyclé, dont la fabrication nécessite moins d’eau et moins de bois que le papier issu de fibres vierges. Et ce d'autant plus que les deux principaux systèmes de certification des fibres vierges (PEFC et FSC) sont actuellement impliqués dans de nombreux scandales écologiques et sociaux. Les Amis de la Terre rappellent également que le plaisir de lire ne peut être réduit à la consommation de produits neufs : il importe de maintenir l'activité de prêt des ouvrages papier par des bibliothèques et de soutenir le réemploi des livres (bouquinistes, Emmaüs...).

    1 Voir la réaction des Amis de la Terre Europe à propos de la Raw Materials Initiative de la Commission Européenne : http://www.foeeurope.org/press/2008/Nov05_EU_raw_material...

    2 Voir les résultats repris par le site GraphiLine (non disponibles directement sur le site de Carbone 4) : http://www.graphiline.com/article/12505/Un-eBook-engendre...

    Source : Les Amis de la Terre

     

     


    votre commentaire
  • Encore une truc inutile, polluant, et destructeur de liens: le smart-phone


    votre commentaire
  • Une action des greenwashers d'Agir pour l'Environnement:

     


    votre commentaire
  • Le nouvel attrape-gogos inventé par les multinationales de l'électronique (Sony, Philips, Samsung...): l'écran 3D. Mortelle fascination pour tous ces gadgets qui épuisent la biosphère et enferment les occidentaux dans la solitude de leur salon.

     


    votre commentaire
  • La merdouille du jour que nous n'achèterons pas: le cadre photo numérique

    Et en plus il y a une télécommande...


    votre commentaire
  • OGM

    OGM

    La pomme de terre OGM de BASF autorisée par la commission européenne, un truc qui fait vraiment gerber!

    Trois autres OGM destinés à la mise en culture sont en attente d’autorisation. Il s’agit de trois variétés de maïs qui ont déjà reçu le feu vert scientifique de l’Agence européenne de sécurité des aliments. Les deux premiers, le maïs BT 11 de Syngenta et le BT 1507 de Pioneer, confèrent une protection à la plante contre les insectes. Le dernier, le maïs NK 603 de Monsanto, est résistant à l’herbicide dévastateur RoundUp. A cela s’ajoute le maïs MON 810 de la même firme dont l’autorisation décennale doit être renouvelée. Faute de majorité qualifiée du côté des Etats membres, c’est la Commission européenne qui a le dernier mot. (Libération)

    Wal-Mart

    (...) Premier employeur privé des Etats-Unis, Wal-Mart est devenu l'emblème de l'entreprise impitoyable, qui traite ses employés comme des semi-esclaves, les paye mal, s'arrange pour leur donner le moins possible de couverture médicale, et interdit les syndicats en son sein. Soyons juste : les autres grandes chaînes américaines, telles Sears, Target ou Home Depot, sont presque aussi horribles.

    Le second plus gros groupe mondial de supermarchés est aussi le symbole de l'anéantissement des commerces locaux. Enfin, premier distributeur américain, Wal-Mart a favorisé la délocalisation de milliers d'usines américaines, incapables de produire aux coûts très bas imposés par la marque.

    En contribuant à la fermeture des usines locales, Wal-Mart est donc créateur de chômage. D'un autre côté, plus le chômage et la pauvreté s'accroissent dans le pays, plus les gens se fournissent chez Wal-Mart, où ils trouvent des produits abordables (l'équivalent français de Wal-Mart serait Auchan ou Carrefour, en moins cher) (...)

    Hélène Crié-Wiesner, Rue89


    votre commentaire
  • Emission à gerber: La ferme célébrités (TF1)...beuark!

    Objet à la con: Le chauffage pour terrasses et jardins


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique