• Le Net s'arrête devant l'afflux

    Les sites d¹information dédiés exclusivement aux attentats.

    NOUALHAT Laure

    L'Internet a vécu hier un échec cuisant dans son rôle de disséminateur de l'information. Peu après l'annonce du crash des deux avions sur le World Trade Center, la majorité des grands sites d'information français et américains est tombée en rade. Les internautes se sont rués dessus pour suivre, en quasi-temps réel, l'évolution des événements. Résultat: des pics de trafic multipliés par dix sur certains sites comme ceux de Libération ou de RTL. Aux Etats-Unis, les sites de CNN, du New York Times et du Washington Post, Yahoo News, ABCNews et FoxNews ont été saturés. «Dans ce cas-là, la seule solution consiste à alléger les pages d'accueil, car une page légère s'affiche beaucoup plus vite», explique Meher Necib, de France Télécom eBusiness, qui héberge bon nombre de sites d'information français.

    Du coup, les rédactions en ligne de RTL, France 2, TF1, CNN ou encore du New York Times ont retiré les actualités d'ordre général, les pubs et les photos encombrantes pour se consacrer exclusivement à la couverture des attentats. Le moteur de recherche Google a indiqué à ses internautes qu'il valait mieux se tourner vers les radios et les télés, la plupart des services d'information en ligne étant perturbés. Selon la société Keynote qui mesure la performance de l'Internet, l'indice du temps moyen d'accès aux sites français est passé de 5 secondes en milieu d'après-midi à plus de 15 secondes. En lançant une requête vers les sites américains en milieu d'après-midi, Renater, principal réseau français, a constaté que le trafic aboutissait jusqu'à New York sans se répartir jusqu'aux noeuds suivants (entre New York, Boston, Washington, etc.), évoquant la possibilité que les infrastructures soient touchées.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique